Crédit photo : Marine Barlot

City tour de Libreville : pour la découverte de l’histoire, de la culture, de l’art et de l’âme de Libreville.

Capture d’écran 2021-03-18 à 10.45.33

 

Dans le cadre de sa stratégie de promotion du tourisme local, l’Agence Gabonaise de Développement et de Promotion du Tourisme et de l’Hôtellerie (AGATOUR) a initié en septembre 2020 le projet de valorisation et de promotion du City Tour de Libreville, à travers un partenariat avec TransAkanda. En effet, la pandémie de COVID-19 qui frappe le monde depuis l’année dernière ayant considérablement affecté le tourisme et les voyages, il y a eu un besoin urgent d’agir. C’est à ce titre que l’AGATOUR, Opérateur national du tourisme, s’est attelée à repenser la promotion de la destination Gabon, notamment en encourageant le tourisme local à travers une offre spécifique composée entre autres du City Tour de Libreville.

 

 

Capture d’écran 2021-03-18 à 10.47.49

 

LE CIRCUIT

L’excursion s’effectue en bus avec des escales sur les lieux mythiques de la capitale gabonaise : Il s’agit d’un circuit de 14 étapes en deux heures et demie pour découvrir Libreville depuis ses origines, commenté avec les récits passionnants du guide Armand Maboumba. 

Le Libreville City Tour retrace l’histoire de la capitale,  de son origine 3000 ans avant JC jusqu’au sortir des indépendances  au début des années 1960, avec pour point de départ le siège du Palais de Justice. Il emprunte ensuite un circuit historique passant notamment par les sites ci-après :

Cité de la Démocratie «histoire du village Induku les principaux  pionniers de l’installation du peuple Bantu à Libreville» ;
Village Mbangwé «histoire de l’installation française au Gabon», face à la Res. de l’ambassade de France) ;
Batterie IV (histoire de la seconde guerre mondiale) ;
Quaben et Louis (Libreville traditionnelle, villages des patriarches Mpomgwé) ;
Port môle ou fort d’Aumale (histoire du début  de l’abolition de l’esclavage) ;
Sainte Marie  (histoire de l’église Catholique au Gabon) ;
Boulevard de la Nation ex Boulevard l’Indépendance  (la traite négrière et la colonisation) ;
Village de Liberté (fondation de Libreville) (le Plateau) ;
Square du Capitaine NTCHORERET (histoire des tirailleurs sénégalais) ;
Village Olamba Mpolo (Histoire du roi Glass et l’installation anglaise à Libreville) ;
Mission Baraka (comptoir d’esclaves et installation de l’église protestante au Gabon) ;
Fosse des Mutins (histoire du coup d’Etat de 1964, vers la Direction générale de la SNI) ;
Mémorial Léon MBA (Père de l’Indépendance) ;
Montagne Sainte (Histoire du quartier et du passage  de Cheikh Ahmadou BAMBA au Gabon).

 

Capture d’écran 2021-03-18 à 10.59.02

 

DES SITES MAJEURS, TÉMOINS DE L’HISTOIRE :

Le City tour  présente également l’origine des noms des quartiers qui constituent Libreville, permettant ainsi de voyager dans le temps. Les participants auront, entre autres,  l’occasion de découvrir ou redécouvrir l’origine même du nom de la capitale gabonaise, lors de l’étape du Plateau. 

 

Capture d’écran 2021-03-18 à 11.01.04

 

En 1846, sera arraisonné sur les eaux du Komo, l’Elizia, un négrier avec une cargaison de 253 esclaves. L’équipage sera pendu mais le Gabon n’ayant pas une administration organisée pour accueillir les esclaves, ils seront envoyés au Sénégal à Saint-Louis et à Gorée. Trois ans plus tard, 52 d’entre eux reviendront. On leur construira un petit village au Plateau : « Liberté », là où s’établira le siège de l’administration française qui avait un regard sur ce village. C’est ce village « Liberté » qui prendra le nom de Libreville. Il sera plus tard adopté comme celui de la capitale gabonaise. C’est sur le Plateau, que sont implantées aujourd’hui la Présidence de la République et la Mosquée Hassan II.

 

Le fortd’Aumale /l’Église Sainte Marie – Le Port Môle

 

 

Capture d’écran 2021-03-18 à 11.06.44

 

Lors de l’étape de Sainte Marie, on apprendra que le site (village Okolo, de son nom traditionnel) fut d’abord celui de la 1ère base marine française en 1843, le Fort d’Aumale. Site cédé par le roi Louis lors du 1er traité entre la France et le Gabon, sur la rive droite de l’Estuaire en 1842. Après le déménagement de l’administration française sur le Plateau, le site fut offert à l’église catholique et le Père Jean Rémy BESSIEUX arrivé au Gabon en 1844 fera édifier l’église Sainte Marie en 1864.

 

Baraka

Capture d’écran 2021-03-18 à 11.09.18

 

Autre étape hautement historique de l’excursion, Baraka, était un ancien comptoir d’esclaves et a longtemps été considéré comme une terre maudite. Ce lieu va être choisi par des protestants américains pour y construire une église protestante en 1842. De nos jours, des offices y sont toujours célébrés.  Dans l’école installée à cette époque sur le même site,  les cours  étaient dispensés en Mpongwé et en anglais.

Le roi Glass signera un traité qui cédera la totalité de son village aux français. Les anglais et les américains quitteront alors la contrée au profit de la France qui s’imposera. L’école de Baraka deviendra la première école de l’AEF (Afrique Equatoriale Française) et son bâtiment est toujours visible.

 

UN PRODUIT POUR TOUS ET DÉSORMAIS ACCESSIBLE À TOUS.

Depuis le lancement officiel du produit en octobre 2020, le City Tour de Libreville a vu la participation de personnalités politiques nationales et étrangères, d’artistes, d’établissements scolaires, d’entreprises, d’associations et organisations diverses.

Grâce à un partenariat avec TransAkanda, l’AGATOUR peut proposer cette visite guidée de la capitale à un coût accessible aux résidents, visiteurs, touristes, scolaires … 

Elle  a pour objectif de permettre à tous de mieux connaître l’histoire, la culture, l’art et l’âme de la capitale gabonaise ainsi que  la symbolique de certains bâtiments, lieux et monuments de la ville. 

Avec ce circuit l’on constate qu’en découvrant les faces cachées et mémorables de la ville, les gabonais, l’espace d’un moment, deviennent les touristes de leur capitale…

 

Capture d’écran 2021-03-18 à 11.11.44